Une Belette sur l’île des dodos [3]

Sur l’île des dodos, on me gave on me nourrit bien. Est-ce grave, docteur ? J’oubliais qu’au-delà de mes tomates natures aux olives, ça existe des peuples atteints de boulimie compulsive et récurrente des Mauriciens. Et ça engloutit ça mange bien (décidément)… Oui, eux sont partout n’importe où n’importe quand avec leur soda et sac en papier garni fumant croustillant gourmand.
Ça ne me dérange pas le moins du monde qu’ils soient obèses ou pas. Mon souci, c’est ce moment gênant, à chaque stop au feu rouge. Bah à chaque stop au feu rouge, on me demande : Belette, tu veux un dhol ? Tu veux un mine frit ? Des petits gâteaux tout chauds ? Remarque, les gâteaux sur l’île des dodos, c’est les gâteaux piment, gâteaux lé chou, gâteaux brinzelle … bref, tu sais nos romantiques beignets. Belette, tu veux un burfi ? Dégusterais-tu un …
Stoooooop ! Oui, stop voyons, il est vrai que je débarque d’une île où les dimounes savourent avec amour le modeste bol de riz au romazava. Avec des gâteaux patate. Et au dessert, un gâteau au coco (nous autres aussi on a des gâteaux hein !). Donc, avant même que le feu ne passe au rouge, vite, augmenter le volume de Radio Plus pour écouter jacasser les opposants au sujet de la carte d’identité biométrique du citoyen mauricien. Après tout, n’ai pas prévu de courir les magasins pour m’offrir une robe taille 44, moi … Foustay.
En revanche et entre nous ça, je fais exception sur ce gâteau de chez InterMart. J’ai nommé le brownie au chocolat. Te rends-tu compte que tous les deux jours, j’appuie frénétiquement sur le bouton « G » de l’ascenseur d’InterMart ? La tête dans les brownies qui m’appellent ? « Hey twa, cool down dear », me calme-t-on à la vue de mon doigt qui s’excite sur le point G pardon le bouton G – Ground.
Toujours est-il que tôt ou tard, je devais les chasser de mon esprit, ces gâteaux-là. Pour me faire oublier mon obsession chocolatée, on m’emmène donc dans le sud-ouest, à Tamarin, village de pêcheurs modernes. Tu sais, oublie les contrées retirées des pêcheurs de l’île aux baobabs, allée des Lémurs Cattas, Madagascar (là où les pères de famille actifs s’en vont sur leur canoë artisanal). Ici dans ce village de Tamarin, les paresseux bateaux de pêche roupillent sous le soleil, et les hors-bords somnolent. Et soudain, au bout de la jetée déserte, boudiou …! Deux enfants ramassent des mollusques au fond de l’eau – les poétiques teks teks (je m’étonne tout de même de ne pas avoir entendu parler de gâteau tek tek dans le coin).

En vidéo :

En photos :

Eh oui, y en aussi qui se contentent des fruits de la mer pour se nourrir. Et qui n’ont jamais collé le moindre doigt sur le bouton G d’InterMart. Que croyais-tu ?

La départementale de Tamarin nous conduit enfin à la fameuse destination, là où les kitesurfeurs se rencontrent, m’explique-t-on. Dont un au volant de sa vieille Ford fourre-tout : planche de surf Twin Tip, barre quick release, tubekite, gros matelas et oreillers fleuris à bord. Il s’engage dans l’allée menant à la plage où l’attend un trafic pas sympa. Un gros bus bondé de touristes en monokini rose est bloqué itou. Conversations excédées. Mais ki faire ena ça trafic là ? Mo pas connais mwa … Ek ça bis là ? A cause li même, toute une file de voitures se retrouve bloquée dans l’allée. Guette ene coup ça l’auto là (regarde-moi la voiture là-bas), mais où comptes-tu aller comme ça, matelot !
Le capharnaüm, je compatis. Et ça s’énerve. On évite de s’insinuer dans le bouchon. Mais alors, qu’a-t-elle donc de si spécial, cette fameuse plage de Tamarin, que les « créoles blancs » se sont appropriée depuis la nuit des temps … ?
Puis résonnent les warnings sonores de recul du bus bondé de touristes en monokini rose. Il roule en marche arrière vers la sortie, lorsqu’un L200 tente d’introduire dans l’allée ses anti-brouillards et pare-buffle m’as-tu vu.
Missié sorry, recule. Tu vois bien qu’on évacue le bus. Vous entendez ? Recule. Mais recule don, crapaud ! Ah difficile ça couyon là …
Okey. Ouvrons le petit manuel de l’automobiliste mauricien.
Manuel de procédure d’utilisation du klaxon.
Un : activer l’avertisseur sonore pour faire obtempérer un automobiliste récalcitrant.
Deux : au besoin, se servir au choix, des accessoires lexicaux crapaud, matelot, couyon.
Attention, couyon signifie imbécile. Ouf, les Mauriciens ne sont pas grossiers, j’ai eu chaud.
Donc, la Belette fait le reste du chemin à pied. La plage est ordinaire. Belle et ordinaire je t’avoue. Seulement, il y a de l’ambiance. De grosses enceintes dans le sable. Enceintes sono multi-amplifiées aux caissons de graves qui diffusent reggae et ségas rythmiques basses fréquences sous 130 Hertz, faisant battre ton cœur dans le ventre. Et le tout à la grande joie des gardes-côtes qui clignotent dans la faya. Des mini-fusées de feux d’artifices explosent dans le ciel. A mi-janvier ? Oui oui.IMG_20160110_181023

Les surfeurs sont au rendez-vous.
Les rastamen chillent out, cigarette au bec, chevauchant leur tronc de cocotier.
Les brochettes d’artistes campent devant le bar en bord de mer, là-bas. Tu vois ? Alain Ramanisum est là, tu vois ? Où ça ? Whoa sacredieu, et le coco me sourit … Le sourire qui déclenche tout. Belette ne se fait pas prier et accepte de faire une photo à ses côtés. Et les autres artistes alors ? What, je n’ai vu que lui hein, et je me sauve loin à l’ombre des filaos.

Mais qui est Alain Ramanisum ?
Ségatier mauricien massacrant les chaînes créoles et Faya Vibes tu sais les hits parades des îles de l’Océan Indien depuis la sortie de ses méga tubes « Séga sexy » et « Nissa là monté ».

Ça te parle ?
Enfin, pour clore ce billet, moi en mode relax à Beau Champ Anahita en vidéo et en photos. Hein …? Hih oui … vie privée ; à ne pas ouvrir merci.
Peace.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

A SUIVRE


Edit : vidéo Beau Champ Anahita en cours de réédition, merci : )

Publicités

3 réflexions sur “Une Belette sur l’île des dodos [3]

  1. J’ai beaucoup aimé ton article ma Belette ! Très amusant lorsque tu nous parles de ton péché mignon le fameux petit gâteau au chocolat ! Hi hi ! Et les jolies photos de toi sur la plage de Tamarin. Hé une bien charmante belette réalisatrice en train de filmer des enfants qui pêchaient des coquillages. Tu es donc sur youtube ! Trop cool ! Ça sent bon les vacances ta saga made in Mauritius. J’adore. ….Je t’embrasse bien fort ma Michelle ♥♥♥. Je vais rêver à tous ces sakafos trop alléchants….gros bisous

La bouate aux coms' (lâche-toi, c'est gratuit)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s