L’hippocampe de Foulpointe

Foulpointe m’accueille un matin d’été.
Foulpointe, le village exotique en bord de mer à l’Est de l’île, là où les écrevisses frémissent dans l’huile sous les cocotiers.
Distillant encore les traces odorantes des filets de pêche d’une nuit sans étoile, un pêcheur décati dans sa pirogue défraîchie grappille ses derniers instants de sérénité. La peau tannée, les barbe et cheveux blancs – tel le négatif d’une photo -, il regarde se dissiper les derniers nuages effilochés. Mais ses yeux globuleux soulignés de pommettes saillantes font davantage de lui un hippocampe efflanqué, dont la soupe de poisson de la veille ne lui a laissé que le souvenir d’un lointain festin. Ses doigts ridés ont besoin de toucher des billets verts. Il me cherche des yeux, il ne rêve même plus de partir à la conquête du monde à moto, il ose juste me proposer un forfait découverte serpents et concombres de mer, pour la somme rondelette de 15,000 Ariary. A prendre ou à laisser.
— Alors ? demande-t-il, haussant un sourcil broussailleux presque las.
Alors commence la traversée à bord du frêle esquif, rythmée des clapotis des vagues contre la coque. Ce silence ennuie l’hippocampe. Lui, aurait aimé ouïr le rugissement d’un Yamaha dans un jet de sable, et voir fuir à grande vitesse au cœur de son rétroviseur, ce paysage monotone et sans intérêt. Mais il aperçoit plutôt frémir à la surface de l’eau le reflet de ses biceps, pendant qu’il s’active à propulser l’embarcation vers le bleu d’un horizon où il ne se passe jamais rien. Oui, jamais rien ! Il se désole de n’entendre que le gazouillis des flashs contre-jour mitraillant le village dormant qui s’éloigne de nous.

L’hippocampe immobilise subitement sa pirogue. Pour cueillir le serpent et les concombres de mer – mais aussi afin d’espérer sentir froufrouter les billets verts entre ses doigts – il doit marcher dans les eaux marines incertaines. Alors, tel un champion de motocross vainqueur du Grand Prix de la dernière saison, il exhibe son trophée : le corps mou et dégoulinant d’un étrange serpent qui pend à la manche de sa pagaie .
— Serpent de mer, annonce-t-il.
Flash d’un appareil photo.
Puis la paume de ma main accueille un corps vert oblong de la taille d’un concombre.
— Concombre de mer, poursuit-il.
Enfin, des oursins aux piquants pointés vers le ciel, l’est l’ouest le nord et le sud, rejoignent la collection de trouvailles.
— Et oursins. Saviez-vous que le noir est un mâle et la mauve une femelle ? dit l’hippocampe, gouttant de perles d’eau.
— Merci l’ami … Je ne savais pas.
Et il disparaît à nouveau sous l’eau, puis resurgit armé d’une demi-douzaine de coquilles hérissées.
— Rajoutez 10,000 Ariary si l’aquarium vous tente, Mamoiselle.
Sourire vorace au coin des lèvres, Hippocampe rame à nouveau, tandis que le soleil répand sur les eaux profondes les rayons impassibles d’une fureur incandescente.
Et tout à coup, d’un coup sec d’une pale de pagaie, les oursins partent en mille morceaux. Hippocampe jette à l’eau les miettes épineuses et prie en silence pour que les poissons, tout comme lui, n’aient pas encore déjeuné. Il angoisse un peu … Houhou … y a quelqu’un ? Oui, et comment ! Poissons zébrés et horde de petites nageoires multicolores répondent à l’appel, foisonnant en surface.
Hippocampe, victorieux, rêve déjà de son bol de riz garni. Mais aussi de son Yamaha.
Alors, il tente sa chance.
— Pour le forfait étoiles et dragons de mer, ce sera 20,000 Ariary en plus.

Publicités

9 réflexions sur “L’hippocampe de Foulpointe

  1. Coucou ma belette adorée ♥. J’espère que tu vas bien. Je passais par là pour te souhaiter un très bon week end ! ♥ je pensais à toi et tu me manquais. Cela dit, repose toi bien et prends ton temps surtout. Je t’embrasse bien fort ma Michelle ♥. Ta Suricate qui te tiko !

  2. J’aime bien cette visite d’aquarium, sur un air de marchandage l’air-de-rien entre un hippocampe qui se rêve motorisé et une Mademoiselle narratrice et pas dupe.

    vite, d’autres histoires !

    • Hello Dodo ! Tu as l’œil … ; ) Il est vrai que les hippocampes font parfois de jolis profits … mais pas assez pour réaliser leur rêve : ) Et les autres histoires ne vont pas tarder à arriver. Belette dit merci, et à bientôt !

  3. Merci pour ce joli partage ma Belette. Je me souviens que j’avais lu un article qui parlait de cette petite sortie en mer. Tu as bien su raconter… Tu compares le vieil homme à un hippocampe des mers. J’aime la comparaison. Force et fragilité à la fois… Je t’embrasse bien fort. J’espère que tu vas bien ! Gros gros bisous de ton amie lointaine

La bouate aux coms' (lâche-toi, c'est gratuit)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s