L’hippocampe de Foulpointe

Foulpointe m’accueille un matin d’été.
Foulpointe, le village exotique en bord de mer à l’Est de l’île, là où les écrevisses frémissent dans l’huile sous les cocotiers.
Distillant encore les traces odorantes des filets de pêche d’une nuit sans étoile, un pêcheur décati dans sa pirogue défraîchie grappille ses derniers instants de sérénité. La peau tannée, les barbe et cheveux blancs – tel le négatif d’une photo -, il regarde se dissiper les derniers nuages effilochés. Mais ses yeux globuleux soulignés de pommettes saillantes font davantage de lui un hippocampe efflanqué, dont la soupe de poisson de la veille ne lui a laissé que le souvenir d’un lointain festin. Ses doigts ridés ont besoin de toucher des billets verts. Il me cherche des yeux, il ne rêve même plus de partir à la conquête du monde à moto, il ose juste me proposer un forfait découverte serpents et concombres de mer, pour la somme rondelette de 15,000 Ariary. A prendre ou à laisser.
— Alors ? demande-t-il, haussant un sourcil broussailleux presque las.Lire la suite »

Publicités

Une Belette à poil à Rituals spa La Balise Marina

Mon énième cadeau surprise : 90 minutes de massage relaxant à Rituals spa La Balise Marina West Island Resort, Rivière Noire.
— Tu rigoles ?
— Non pourquoi ?
— Car figure-toi que la Belette n’est pas disposée à se mettre à poil là.
Non, on n’annonce pas comme ça de but en blanc que là tout de suite, illico presto, sans autre forme de préambule, tu vas te déshabiller et te faire masser.
Tu comprends ? (après tout, c’est bien ça une surprise).
Ah, chuis prise au dépourvu là tu sais.
Parce que, sauf pour un nudiste, être à poil demande quelques jours de mise en condition, de préparation psychologique, de réflexion, de …
Allons, n’exagérons rien.
C’est comme aller à la plage en bikini.

la-balise-marina02
La Balise Marina Rivière Noire, Mauritius

Lire la suite »

Ish bin Sookun – échos de l’île Maurice

C’est l’histoire de Ish Sookun, et d’un terroriste castré sans coucougnettes.
Le 20 janvier, ce mystérieux terroriste castré sans coucougnettes envoie un courriel anonyme au Prime Minister Office. Missié Aneerood Jugnauth, le trouillomètre en dessous de zéro, convoque la Presse. Couma dire, c’est qu’en plein cœur de ce courriel, il aurait été question de prochaines attaques terroristes sur des cibles stratégiques telles que le bureau de l’immigration de Port Louis et SSR Airport et les tribunaux et les postes de police de l’île. Ça craint.

Mais … figure-toi que l’enquête révèle que le mail aurait été envoyé depuis l’Indra Cyber Café de Lakepoint, ayant jadis appartenu à un jeune IT : Ish Sookun.Lire la suite »

Destination Madagascar, touriste réalité ?

Il paraît que le secteur tourisme est en difficulté, dans la Grande Île.

Or, Lynn tient un lodge. Un joli lodge qui accueille des touristes (romantiquement appelés vazaha). Des touristes vazaha qui ont des envies d’ailleurs, des envies de couchers du soleil dans un hamac avec moustiques en suce.

Lynn elle cuisine aussi du poisson au coco, du bœuf romazava, du riz aux brèdes et ce pendant que le mari goûte, critique et critique. Trop peu salé. Trop de coco dans le poisson. Trop épicé là, ayo ! Et les touristes décampent. Pas normal ça ! Même pas une dizaine de clients au lodge ce mois-ci contre une soixantaine l’an dernier. Ah Lynn, combien de fois te l’ai-je donc répété : fidéliser les vazaha. Fi-dé-li-ser !

Et v’là qu’un beau matin, Lynn pète un câble. Fidéliser. Donc, composer tous les numéros des deux dernières années. Allô Missié ? Blablabla.

Lire la suite »

Fioul-lui la paix !

Zak est chauffeur de taxi à Antananarivo. C’est l’heure de la collation, pause boulettes de crevette sans crevette.

« Pétrole : le baril pourrait descendre jusqu’à 20 USD » lit-il dans les colonnes du journal qu’il étale sur le volant de son tacot. Il lit aussi que « la surproduction de pétrole, ajoutée à une demande mondiale en baisse, implique que le prix de l’or noir atteint son plus bas niveau en août. Il serait amené à diminuer davantage selon le groupe Goldman Sachs jusqu’à 20 $ le baril (…) et sur le long terme (…) »

La boulette de crevette sans crevette passe de travers. Couma ? Mais un politichien annonçait récemment une imminente énième hausse du prix du carburant ! Zak ne comprend pas. Ça lui fait gratter les c… pardon les parties zintimes.

Lire la suite »

L’alarme à l’oeil

Sonnez l’alarme ! C’est l’histoire vraie d’un Italien assassiné à Diégo Suarez.

Il y a trois semaines, dans une petite ville de Diégo Suarez à Ankoriankely PK12 vers Ramena, la lune est pleine. Tout comme la bouche de ces quatre zommes Ninjas. Pleine de propos malsains, et de grosses boules de khat. Ils observent les faits et gestes d’Adelio. Ils sont armés.

Adelio est un ressortissant italien exerçant dans le milieu hôtelier, installé à Diégo Suarez depuis plusieurs années ; il partage sa vie son lit ses petits soucis avec une îlienne dans sa paisible demeure d’Ankoriankely PK12 vers Ramena.

Ce soir de pleine lune là pourtant, il caresse du regard pour la dernière fois les courbes de sa moitié. Car les Ninjas à la bouche farcie de khat font tout à coup irruption dans la baraque. Bâillonnent la gonzesse et ze security guard, la lame du couteau scintillant sous leur gorge palpitante.

Et Adelio lui, n’a pas la chance d’être bâillonné. Lui reçoit plutôt des coups de marteau qui lui tambourinent la tête, comme dans Titi et Grosminet. Foc foc foc but what the foc ! Sauf que le pov Adelio ne se relèvera pas, et que son film ne fera pas un cartoon.

Et pi eux, sont d’abominables Tortues Ninjas. Des tortues dégoûts heu d’égouts. Qui détalent ce soir-là sous la pleine lune avec un poste TV et un mini coffre. Et Adelio, ils l’ont dégommé. Leur aurait-il raconté des salades, à ces tortues ? Cowabunga !

Moralité : quand on naît Italien et qu’on se fait attaquer par des tortures Ninjas, leur servir des pizzas. Et pas que des salades.

Bande de vampires

C’est l’histoire d’une tite fille noire timide, Sabina à peine sortie de l’adolescence. Une fille de l’île aux parfums du nord-est de Madagascar : Nosy-Be.

Du haut de ses 16 ans et de ses high heels qui claquent sur les dalles froides des night clubs, la tite fille noire timide à peine sortie de l’adolescence n’a pas vu s’implanter sur les lieux les suceurs de richesses du groupe allemand Tantalus Rare Earths AG, lequel s’intéresse aux terres rares de son île, celle d’Ampasindava Nosy-Be.

Elle, ignore bien sûr que les terres rares regorgent de groupes de métaux convoités et répandus dans l’écorce terrestre, aux-éléments-chimiquement-réactifs-et-aux-propriétés-électromagnétiques-à-configuration-électronique blablabla. Okey. Elle s’affaire plutôt dans le choix de son bâton de RAL made in China, ce soir : rouge cerise, rouge bordeaux …?

Donc, de ces matériaux fortement demandés sur le marché des nouvelles technologies, la tite fille noire timide s’en fout. Bon et pourtant elle était à l’école, mais à l’école, on lui faisait réciter les fables de La Fontaine et recopier les leçons sur l’accession au trône du Roi Louis XIV. Alors quoi hein, qu’est-ce que les terres rares d’Ampasindava Nosy-Be ? Ces terres rares exploitées pour ses matériaux destinés à la conception des écrans de tablettes et smartphones … Bah son smartfoune à Sabina elle l’utilise pour ses rendez-vous d’affaires, alors ne venez pas l’emmerder avec vos histoires de Madagascar et ses richesses minières.

Lire la suite »